L’avènement du mois de Ramadan

, par  karim , popularité : 8%

Le jeûne du mois de Ramadan est un acte dévotionnel prescrit par Allah, Exalté soit-Il, à une période précise de l’année, et qu’il est impossible d’accomplir en dehors de cette période.

Le musulman doit donc connaître les règles jurisprudentielles afférentes au commencement et à la fin du mois de Ramadan pour accomplir le jeûne de la manière requise

L’avènement du mois de Ramadan est prouvé par l’un des deux éléments suivants

Le premier : la vision du croissant du mois de Ramadan, conformément au verset (sens du verset) : "Quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeûne"
Coran 2/18 et au Hadith

"Jeûnez à la vision de son croissant (le croissant du début du mois de Ramadan) et rompez le jeûne à la vision de son croissant de la fin du mois
(Boukhari et Mouslim)

Si un musulman doué de raison, adulte, équitable, et fiable dans son expérience et sa probité, voit le croissant du mois de Ramadan, cela marque le début du mois et il faut donc commencer à jeûner

Le début du mois de Ramadan peut être prouvé également par l’achèvement du trentième jour du mois de Cha’baan car le mois lunaire ne peut avoir plus de trente jours.

Selon Ibn ‘Omar, qu’Allah soit satisfait de lui et de son père, le Prophète, , a dit : "Le mois est tel et tel et tel – c’est-à-dire compte trente jours – puis il a dit : tel, et tel et tel" autrement dit compte vingt-neuf jours (Boukhari et Mouslim) Ce Hadith démontre que le mois est composé soit de 30 jours, soit de 29 jours

Si le mois de Cha’baan a compté trente jours, cela signifie sans aucun doute que le mois de Ramadan a commencé la nuit qui suit le trentième jour. Le Prophète, , a dit :

"Jeûnez à la vision de son croissant (le croissant du début du mois de Ramadan) et rompez le jeûne à la vision de son croissant (de la fin du mois), si rien n’est visible, attendez le trentième jour du mois de Cha’baan"
(Boukhari et Mouslim)

Si les gens n’ont pas observé le croissant, ils doivent donc attendre le trentième jour du mois de Cha’baan et il n’est pas permis, selon le plus correct des avis, de jeûner le trentième jour comme si c’était un jour du mois de Ramadan, vu que l’avènement du nouveau mois n’a pas été prouvé

Ce trentième jour est appelé le jour du doute. La citation de ‘Ammar ibn Yaassir, qu’Allah soit satisfait de lui, prouve l’interdiction de jeûner ce jour là : "Celui qui jeûne le jour du doute a désobéi à Aboul-Qaassim". (Abou Daoud). L’on rapporte que le Prophète, , avait interdit de jeûner ce jour.

Selon Abou Horayra, qu’Allah soit satisfait de lui, le Prophète, , a dit

" N’avancez pas le jeûne du Ramadhan d’un ou deux jours, excepté un homme qui avait l’habitude de jeûner (ce jour) alors qu’il le jeûne ! "
(Boukhari et Mouslim)

Rappelons également le Hadith cité plus haut

" Jeûnez après l’observation (du croissant) et célébrez la fin (du ramadan) après l’observation (du croissant) ; si le temps est couvert, complétez 30 jours de Cha’baan (mois qui précède le ramadan). "

Ce Hadith montre clairement que le début du jeûne dépend de la vision du croissant de lune. Si celui-ci n’a pas été observé, les gens doivent considérer que le mois de Cha’baan est de trente jours

Ceci explique pourquoi il est préférable de rechercher le croissant du mois de Ramadan la nuit du trentième jour du mois de Cha’baan. Cela n’est pas un devoir pour tous les musulmans, mais une obligation religieuse collective qui, accomplie par certains d’entre eux, en dispense les autres

En résumé, si le début du mois de Ramadan a été prouvé de l’une des deux manières précédentes, les gens doivent commencer à jeûner, sinon, ils ne doivent pas le faire

La fin du mois de Ramadan est déclarée de l’une des deux manières évoquées dans les Hadiths précédents.

Cependant, la vision du croissant du mois de Chawwaal doit être attestée par deux témoins, contrairement au mois de Ramadan, dont la vision du croissant peut être attestée par un seul témoin, qui doit répondre aux conditions requises dans le témoignage.

Des Oulémas ont justifié ceci par la nécessité de prendre plus de précautions pour mettre fin à un acte de dévotion que pour le commencer.

Il nous reste à rappeler quelques questions ayant fait l’objet de différends entre les Oulémas – les anciens et les contemporains. Parmi ces questions figure celle ayant trait à la vision du croissant dans un des pays islamiques et si cela implique que tous les musulmans dans les autres pays doivent agir en conséquence de cette vision. L’article ne suffira pas à présenter les avis de tous les Oulémas.

L’avis prépondérant soutenu par les textes et le raisonnement logique soutiennent qu’il est possible que la vision du croissant puisse être différente d’un pays à un autre.

Si la vision du croissant est la même dans ces pays, celui qui ne l’a pas vu doit faire comme les autres et agir en conséquence de cette vision, conformément à ce Qu’Allah, Exalté soit-il,
dit :" Quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeûne " (Coran 2/185) et au Hadith dans lequel le Prophète, , dit : "Jeûnez quand vous le verrez, et arrêtez de jeûner quand vous le verrez".

Il va de soi que cela ne signifie pas qu’il est nécessaire pour chaque individu d’avoir vu personnellement le croissant, mais d’agir en conséquence à l’endroit où il se trouve et où le croissant a été observé. Pour l’individu qui se trouve dans un lieu différent de celui où a été observé le croissant, il ne l’a donc vu ni en réalité ni selon la règle jurisprudentielle

Les preuves théoriques affirment que les horaires mensuels suivent les horaires journaliers. Or, on sait que les variations de ces derniers d’un pays à l’autre ont un impact, selon l’avis unanime des Musulmans, car les pays jeûnent et rompent le jeûne à des moments différents de la journée,

les Musulmans d’Orient s’arrêtant de manger avant ceux d’Occident et rompant leur jeûne avant eux, en fonction de la différence des horaires journaliers. Il est donc normal de considérer que les horaires mensuels varient également

Et Allah sait mieux