Bébés stars, secret d’un tournage

jeudi 13 novembre 2014
par  karim
popularité : 8%

Bébés stars,

secret d’un tournage

En plus des images de synthèse, de vrais enfants ont été recrutés pour le tournage du spot publicitaire. Tourner avec les bébés, tout un métier.

Les bébés en rollers d’Evian n’en finissent plus de " buzzer " : plus de vingt-cinq millions d’internautes ont déjà visionné le célèbre spot publicitaire, diffusé sur presque tous les sites de vidéos en ligne. Un buzz exceptionnel, que la marque se fait une joie d’alimenter par l’envoi régulier de nouvelles vidéos. Deux making of du tournage et une interview des bébés stars, circulent sur le Web.

Il y a onze ans, Evian utilisait déjà la même formule : filmer de vrais bébés et les mettre dans des situations insolites, où ils sont si mignons qu’ils font craquer le consommateur. Les petites stars s’essayaient alors, avec autant de succès qu’aujourd’hui, au ballet aquatique. Les progrès techniques, les font aujourd’hui sortir du bain et chausser leur rollers. Evidement, il faut une sacrée dose d’effets spéciaux pour que de charmants poupons de six mois se retrouvent sur internet à faire du moonwalk en roulettes.

96 graines d’acteur

D’un coté, les décors sont tournés dans un parc de Melbourne ; tandis que de l’autre, des danseurs professionnels jouent les maestros du patin à Londres, équipés de casques censés reproduire la forme et le poids d’une tête de bébé. La touche finale : l’ordinateur fait la synthése entre les mouvements des danseurs et les irrésistibles frimousses des véritables vedettes de cette pub : les bébés.

Les mimiques de ces tendres chérubins sont la clef de cette campagne. Pour capter les moments privilégiés où bébé fera fondre le webspectateur, 96 bambins ont été recrutés après audition à Prague, par l’agence BETC Euro RSCG : "Cela demande une grosse intendance dédiée aux petits bébés, confie Marielle Durandet, directrice générale de l’agence. Ils sont tous convoqués en même temps avec leurs parents" .

Un acteur âgé de six ou neuf mois, ça n’existe pas. On ne fait pas jouer les bébés, les parents ne leur font pas exécuter des pirouettes, l’équipe de tournage se contente de laisser tourner la caméra : "En fait, ce qui nous intéresse dans un film comme celui là, ce sont des bébés complètement craquants qui sont dans leur naturel de bébé. Le but, c’est d’arriver à les filmer en train de faire ces petites choses qui font qu’on les trouve si mignons" .

"Si le bébé dort..."

Le tournage des bébés en République tchèque a duré plusieurs jours. Pour une publicité d’une minute, "c’est long", de l’aveu même de Marielle Durandet : "Il y a une législation très stricte à respecter. Les bébés n’ont pas le droit d’être sur le plateau très longtemps, une heure au maximum et pas plus de deux fois par semaine. Mais on ne tourne jamais autant : dix minutes, voire quinze, si l’enfant tient une forme olympique et fait des choses extraordinaires. S’il dort pendant une heure, bien sûr on ne le réveille pas. Tant pis pour nous. C’est pour cela qu’on fait venir énormément d’enfants".

Miser sur les bébés et sur internet : une formule gagnante. La pub est partout sur la toile. Evian gagne ainsi une audience exceptionnelle en un temps record : la vidéo n’est en ligne que depuis trois semaines. La campagne de pub aurait été à peine plus coûteuse que celle des bébés nageurs, mais cette dernière ne s’adressait qu’à un marché restreint : la France dans un premier temps, puis l’Angleterre et les Etats-Unis. Or, avec les bébés en rollers, grâce à internet, le lancement, tout comme le public ciblé, est mondial.

Regardez le making of de la publicité réalisé par Evian

<param

Commentaires