Fkirina Infos - أفكرينة للاخبار
L’Histoire a commencer il ya 9 ans قصة بدات منذ 9 سنوات

Accueil > 7/NATIONAL > Alger, la Mecque des révolutionnaires (1962-1974)

Alger, la Mecque des révolutionnaires (1962-1974)

samedi 20 mai 2017, par karim

Très intéressant comme Documentaire sur Algérie poste indépendance ou Algérie ne recule devant aucune pression et géré ces liens Révolutionnaires avec un grand tacle et diplomatie
Alger, la Mecque des révolutionnaires (1962-1974)
de 1962, année de son indépendance, et jusqu’en 1974, "Alger la rouge" offrait asile et assistance aux
opposants et exilés du monde entier. Un pan méconnu de la politique internationale algérienne, revisité en archives.


1962 -1974 : l’Algérie aide activement les opposants à la colonisation et au racisme, du Che aux Black Panthers.
De 1962, année de son indépendance, et jusqu’en 1974, l’Algérie aide activement les mouvements anticoloniaux et les révolutionnaires du monde entier. Avec son sens de la formule, Amilcar Cabral, le fondateur du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) qualifiera le pays de "Mecque des révolutionnaires". Dirigée par le tandem Ahmed Ben Bella (à la présidence) et Houari Boumediene (au stratégique ministère de la Défense), l’Algérie jouit alors du prestige d’une indépendance acquise par les armes. Suivant l’inspiration de Fidel Castro et du Che, qui réserveront à Cuba un accueil triomphal à Ahmed Ben Bella, le pays s’impose comme le leader des aspirations des peuples du tiers-monde. Le régime apporte un soutien total aux opposants qui viennent à lui, aussi bien moral que diplomatique et financier.
Grâce à un habile montage d’archives, ce film revisite la décennie prodigieuse, et méconnue, au cours de laquelle la plupart des opposants à la colonisation et au racisme, du Che aux Black Panthers – en passant par les indépendantistes bretons ! –, feront escale dans une capitale algérienne effervescente, rebaptisée "Alger la rouge". Même après le coup d’État de Boumediene en 1965, le pays poursuivra sur cette lancée. Si cette politique finira par évoluer au mitan des années 1970, elle restera un sujet de fierté pour le peuple algérien. Après sa libération, en 1990, près de trente ans après s’être entraîné avec les fellagas, Nelson Mandela leur rendra un vibrant hommage et déclarera : "L’Algérie est mon pays."

Répondre à cet article

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose