En bloquant internet à cause du bac, l’Algerie cache encore une fois la poussière sous le paillasson.

, par  karim , popularité : 13%

Les réseaux sociaux, notamment Facebook et Twitter, sont inaccessibles depuis samedi 18 juin en Algérie, à la veille des examens partiels du baccalauréat. La coupure a vite suscité le courroux des internautes algériens, qui s’affichent néanmoins moqueurs face à cette mesure, la contournant en toute simplicité grâce aux réseaux privés virtuels (VPN).

Cette coupure des réseaux sociaux, annoncée cette semaine par plusieurs sites d’informations, a cette fois-ci été confirmée par un responsable au ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication (PTIC), contrairement à la coupure opérée lors de la première session du baccalauréat fin mai 2016.

Cette mesure a une relation directe avec les examens partiels de la seconde session, qui débutent ce dimanche 19 juin. Le même responsable, relayé par l’agence de presse officielle (APS), a fait savoir que cette coupure a pour but de "protéger les candidats de la publication de faux sujets de ces examens" sur ces plates-formes.
Il a affirmé que Internet fonctionne normalement, les réseaux sociaux étant les seuls sites inaccessibles.