Algérie. Le nouveau visage des services secrets à la « une »

, par  karim , popularité : 3%

Le visage du nouveau patron des services secrets algériens, le général Athmane Tartag, s’affiche ce lundi à la « une » de la presse.

Un choix en rupture avec son énigmatique prédécesseur, le général Mohamed Mediene, dont le portrait n’a été découvert qu’après son limogeage en septembre.

Le général Tartag, en costume et cravate, s’est laissé photographier dimanche dans un hôtel d’Alger où il a assisté à une réunion des chefs de la police africains.

« Le DRS sort de l’ombre »

Le quotidien Liberté titre sur Tartag, « l’anti-Toufik », le pseudonyme du général Mohamed Mediene qui a dirigé le Département du Renseignement et de la sécurité (DRS) pendant 25 ans et qui ne se montrait jamais.

« Le DRS sort de l’ombre et, symboliquement, se déleste de son image de corps invisible qui a fondé sa mythique réputation », écrit Liberté.

Le général Tartag, longtemps l’un des principaux adjoints du général Toufik, « met fin à la légende de l’homme fantôme », observe de son côté En-Nahar en annonçant que le nouveau patron du DRS fera des apparitions publiques régulières et animera même des conférences de presse.

La fin d’une légende

Le nouveau patron du DRS « met fin à la légende du général Toufik », confirme Ech-Chourouq. Ce journal se demande s’il s’agit « d’une nouvelle stratégie » des services secrets objets d’une restructuration visant à diminuer leur pouvoir d’« État dans l’État ».

Deux anciens chefs de ce service viennent d’être condamnés par la justice militaire à des peines de cinq ans et trois ans de prison.

Le général Abdelkader Ait-Ouarabi dit Hassan, ancien chef de la lutte antiterroriste, est en détention alors que le général Medjdou Kehal, ancien directeur de la sécurité du chef de l’État, est laissé en liberté en attendant le résultat de son pourvoi en cassation