Kinect invente le jeu sans manette

samedi 6 novembre 2010
par  karim
popularité : 8%

Concentré de technologie, ce boîtier permet de jouer sur la console

Xbox sans manette, via un système de détection de mouvements.


15 jeux sont disponibles au lancement, à 50 euros par jeu, dont un offert (Kinect Adventures).

La science-fiction à domicile. Voici ce que propose Microsoft avec Kinect, son périphérique qui permet de jouer sans manette. Commercialisé depuis jeudi aux Etats-Unis, puis le 10 novembre en France au prix de 149 euros, ce boîtier permet de jouer sur la console Xbox sans manette, via un système de détection de mouvements. Le joueur devient la manette. Un système qui s’inspire de la Wii de Nintendo, également basée sur la détection de mouvements, mais où le joueur doit tenir à la main un contrôleur. De même pour le PS3 Move de Sony, sorti en septembre dernier. Reste à savoir si la promesse technologique de Microsoft tient la route. Confiant, le groupe table sur 5 millions d’unités vendues d’ici à la fin de l’année.

Rayon d’action satisfaisant. Kinect est un concentré de technologie : il intègre à la fois un capteur de profondeur, combinant un projecteur infrarouge et un capteur CMOS, qui permet de visualiser la pièce en 3D. Et une caméra vidéo, pour filmer l’utilisateur. La prise de vues est large : Kinect peut capter les mouvements jusqu’à 4 mètres, avec une distance optimale à 1,8 mètre, ce qui implique d’avoir un salon assez grand.

Expériences très réalistes. Jouer sans manette est une expérience simple et hyperréaliste. La caméra reconnaît immédiatement tout nouveau joueur qui entre dans le champ : pas besoin de configurer le jeu à chaque partie. Mais le principal atout de Kinect réside dans l’« expérience utilisateur ». Que ce soit dans les jeux d’action (Kinect Adventures), de sport (ping-pong, athlétisme…) ou de danse, on joue avec tout son corps, en sautant, courant, se baissant, cela avec un temps de réaction très satisfaisant. De quoi en faire un divertissement convivial, d’autant que l’on peut jouer à deux (pas plus malheureusement). Pour l’heure, les jeux restent assez basiques. Mais Microsoft planche sur l’adaptation de « blockbusters » en Kinect.

Une sensibilité pas toujours optimale. La prise en compte des performances réelles du joueur ne semble pas toujours très fiable. Certes, le capteur reconnaît lorsque les mouvements sont mauvais : il ne permet pas d’envoyer la boule de bowling dans le public ou reprend le joueur lorsque celui-ci ne suit pas les chorégraphies imposées. Reste que, au 100 mètres, on a réalisé un temps très moyen malgré un gros effort déployé. De même, au ping-pong, nos coups restaient très lents et les effets (amortis…) peinaient à se manifester. Autre limite de la console, les graphismes, qui demeurent assez rudimentaires. Heureusement, à la différence de la Wii, on bénéficie de la haute définition, qui délivre un meilleur affichage.

Fonctionnalités séduisantes. Kinect permet de défiler dans les menus sans manette. S’il faut compter un temps d’adaptation (il faut diriger lentement sa maison sur l’écran), cette fonctionnalité annonce de beaux lendemains, pas seulement pour le jeu vidéo. Plus besoin de télécommande pour déambuler dans le catalogue de VOD de Xbox Live ou pour écouter la musique de la plate-forme Zune. Sans compter que, au printemps prochain, Kinect intégrera un système de reconnaissance vocale, permettant de lancer les services de Xbox Live par la voix. L’univers de « Minority Report », le fameux film de science-fiction, est déjà une réalité…
MAXIME AMIOT, Les Echos


Commentaires

Agenda

 

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois