L’Algérie pleure Meghni

, par  karim , popularité : 10%


[*

L’Algérie pleure Meghni

*]

Insuffisamment remis d’une inflammation au tendon rotulien, le stratège algérien Mourad Meghni, est contraint de déclarer forfait à quelques jours du début de la Coupe du Monde. Un terrible coup dur qui laisse l’Algérie sans voix.

Imaginez un instant l’Argentine perdre Messi trois semaines avant la grand-messe sud-africaine. Un scénario qui plongerait l’Argentine dans le plus grand désarroi à n’en pas douter.

Toutes proportions gardées, l’Algérie vient de faire l’amère expérience de perdre un élément moteur tout juste avant le début des hostilités. Et dans le rôle du génie estropié, on retrouve Mourad Meghni.

A l’issue d’une ultime concertation entre le staff médical algérien et le sélectionneur Rabah Sâadane, il a été décidé que l’ex-Sochalien était dans l’incapacité de prêter main forte aux Fennecs en Afrique du Sud. Le communiqué paru le soir même sur le site officiel de la Fédération Algérienne de Football n’a laissé aucun doute, paraissant un brun fataliste. « L’évaluation faite par les médecins concernant Mourad Meghni démontre que malgré la volonté exceptionnelle et le courage du joueur [...] et toutes les dispositions prises par la FAF pour lui assurer les meilleurs soins possibles, qu’il n’est hélas pas apte à prendre part à la prochaine Coupe du Monde ».

Désormais officiel et irréversible, le forfait de Meghni a provoqué une vague de peine chez tous les supporters algériens. Eux qui croyaient dur comme fer en un retour miracle de leur artiste.

[*Tout le monde y croyait*]

Et pour cause. L’ex-grand espoir du football mondial a laissé paraître quelques signes encourageants lors des derniers entraînements à Crans Montana (Suisse), lieu de regroupement des Verts.

Interrogé par nos soins sur place, Rabah Sâadane nous affirmait alors qu’une décision serait prise en toute fin de stage. Malheureusement, l’issue n’a pas été clémente pour le Laziale avant même la fin du stage. Pourtant, toute l’Algérie y a cru quand le stratège algérien a pris part durant 40 minutes à l’entraînement collectif dimanche. « La veille (dimanche), je m’étais entraîné.

J’ai eu un peu de mal à comprendre ».Amer, Meghni avoue ne pas trop comprendre la décision, lui qui aurait « préféré ne pas s’entraîner » pour éviter tout faux espoir.

Preuve de son envie sans limite de disputer le premier Mondial de sa carrière, le chouchou de ces dames s’était dit prêt à prendre tous les risques durant l’aventure sud-africaine. « Je n’ai pas mal mais il y a quand même une différence de sensation d’appui entre la jambe droite et la gauche.

Je comprends que le coach n’ait pas envie de prendre des risques avec moi. Moi, j’étais prêt à prendre le risque, j’aurais pu forcer trois matches pour la Coupe du Monde », explique-t-il désabusé. Conscient toutefois que la décision a été prise avant tout dans son intérêt, le Fennec a salué la décision de Sâadane d’avoir tranché « sans tenir compte de [mes] états d’âme ». Un sélectionneur qui n’a d’ailleurs pas pu retenir ses larmes au moment de l’officialisation.

[*Qui pour le remplacer ?*]

La mauvaise nouvelle entérinée, la douleur quelque peu atténuée, le staff technique algérien doit désormais s’atteler à résoudre un sacré casse-tête : qui pour le remplacer ? Même si le malheureux n’était pas pressenti pour débuter d’entrée, en raison justement de cette inflammation au tendon rotulien, la question de son remplaçant mérite d’être posée.

Une chose est d’ores et déjà sûre, Rabah Sâadane, à l’image de Raymond Domenech, a décidé de ne pas piocher dans la réserve mais de garder pour le moment un groupe de 24 avant de choisir le 4e gardien qui devra plier bagage. Logiquement, les yeux se tournent vers les trois nouveaux du milieu de terrain, Boudebouz, Kadir et Gedioura. Un trio néophyte qui n’a pas cessé de monter crescendo au fil du stage. Si le Sochalien a plutôt le profil d’un ailier, place occupée par Ziani, et Gedioura celui d’un récupérateur, zone déjà squattée par Mansouri et Yebda, Foued Kadir pourrait bien profiter de cette absence de dernière minute.

Cela tombe bien puisque le Valenciennois, en plus d’avoir fait bonne impression en championnat, a semble-t-il mis tout le monde d’accord en Suisse. Fin techniquement, adroit et plutôt rapide, Kadir pourrait bien être la bonne surprise du mois de juin en Algérie. De là à remplacer Meghni dans le cœur des supporters verts ?