Relations algero-française Mission impossible pour Kouchner à Alger

jeudi 21 janvier 2010
par  karim
popularité : 9%

Relations algero-française

Mission impossible pour Kouchner à Alger

En attendant la visite du chef de la diplomatie française, M. Bernard Kouchner, en Algérie, prévue en février, les relations entre l’Algérie et l’Hexagone ne sont pas au beau fixe, envenimées surtout par l’insertion de l’Algérie, par la France , parmi « les pays à risque ». La visite du ministre français des Affaires Etrangères en Algérie s’annonce quelque peu difficile pour cet homme, appelé à aplanir certains problèmes qui sont pourtant lourds et complexes.

L’on se rappelle que Mourad Medelci, ministre des Affaires Etrangères, avait reconnu sur les ondes de la radio algérienne que « beaucoup de dossiers n’ont pas vraiment avancé.

Il s’agit entre autres dossiers en suspens : la délimitation des zones contaminées par les essais aatomiques français des années 1960, la révision de l’accord franco-algérien de 1968 relatif à la circulation, à l’emploi et au séjour des ressortissants algériens et de leurs familles et l’affaire de la restitution, par la France, des archives de l’Algérie datant de la période coloniale.

Pour mémoire, Medelci avait indiqué que l’Algérie a demandé à la France « de nous restituer les archives. La réponse n’a été que partielle. Nous ne sommes pas satisfaits. J’ai demandé à mon homologue Bernard Kouchner à ce qu’on ouvre le dossier des archives de sorte que l’Algérie reprenne complètement les archives. Nous n’avons reçu aucune réponse claire à cette demande ».

C’est dire que la mission de Bernard Kouchner en Algérie n’est guère aisée et la France est appelée à faire des concessions afin de relooker sa façade. Ce n’est pas tout, la récente décision de la France d’inscrire l’Algérie dans la liste des « pays à risque » pour le contrôle des ressortissants voyageant pas avion vient assombrir davantage le tableau de bord des relations entre l’Algérie et le pays de Nicolas Sarkozy... En toile de fond de cette escale figure aussi l’intention de la France de reconquérir, sur le terrain économique, ses parts de marchés en Algérie, mises ces derniers mois à rude épreuve..

Les dispositions incluses dans la loi de finances complémentaire, destinées à recadrer quelque peu l’activité des entreprises étrangères implantées en Algérie, ont suscité de sérieuses appréhensions chez les patrons français. Il est vrai que nous ne sommes pas encore au stade d’évoquer le mot « divorce », « ni de refroidissement dans les relations algéro-françaises », mais les officiels algériens préfèrent évoquer le terme « de dossiers non achevés ».

Le chef de la diplomatie algérienne n’a, par ailleurs, pas lésiné sur les propos afin de commenter le procédé de la France d’insérer l’Algérie parmi « les pays à risque ». Medelci, sans détours ni faux-fuyants, a jugé discriminatoire et inamicale la décision de Paris d’inscrire l’Algérie dans la liste des pays à risque dont les ressortissants subiront des contrôles spécifiques dans les aéroports français.

« Cette mesure a été prise sans aucune consultation avec l’Algérie. Nous l’avons apprise par voie de presse », a dit le ministre ajoutant que l’Algérie est « un pays qui règle ses problèmes de sécurité ». « Nous sommes extrêmement surpris de cette décision discriminatoire et inacceptable. Notre message diplomatique est passée, nous attendons le retrait de l’Algérie de cette liste, car ce type de solution ne règle rien », a ajouté M. Medelci. C’est donc net, clair et précis, la réussite de la visite de Kouchner, dépêché à Alger en catastrophe, est conditionnée en partie du retrait de l’Algérie de la liste des pays considérés « à risque ».


Commentaires

Logo de karim
mercredi 10 février 2010 à 22h08 - par  karim

MERCI MON TRES CHER LECTEUR JE SUIS DE TON AVIS NESITE SUROUT PAS A NOUS FAIRE UN COU COU DE TEMPS EN TEMPS

KARIM

Logo de abdel el-harrach
mercredi 10 février 2010 à 20h46 - par  abdel el-harrach

je n’ecrit pas tres bien,
mais je suis totalement de ton avis il faut que notre diplomatie soit forte ont n’a pas besoin de ces europeens faisant du commerce avec l’inde,la chine,et l’amerique du sud
aussi avec une bonne gestion ont peu exporte vers l’afrique il faut dire a nos concitoyens tous sur les pressions de ces payes ont n’a pas besoin de relations privilegiers. vive l’algerie

Logo de ANTAR
samedi 23 janvier 2010 à 09h50 - par  ANTAR

Le peuple algerien n’aime pas beaucoup le langage diplomatique-langue de bois à chaque fois que l’on tente de porter atteinte à son honneur et à sa dignité ! Les pouvoirs publics doivent comprendre une fois pour toute qu’il est très difficile sinon impossible d’attendre du gouvernement Sarkozy un fléchissement ou un changement notable de sa politique envers l’Algerie. Il n’y à qu’à observer les "traits de caractère de Sarkozy et consorts" pour s’en rendre à l’évidence.
La politique de la France sous Sarkozy n’augure rien de bon avec les pays qui refusent de s’aligner sur les positions americano-germano-franco-sionistes qui sont du reste néocoloniales, guerrières et ségrégationises. Kouchner N’EST PAS LE BIENVENU EN ALGERIE ! Dieu fasse que cet individu ne reposera plus les pieds en terre algerienne.Souvenez-vous son comportement indigne et provocateur envers notre minisre des MOUDJAHIDINES !
Désormais il ne reste devant notre pays que de revoir de fond en comble sa stratégie politique avec la France de Nicolas et
j’en ai la conviction que celà est en train de se faire.

Agenda

 

2020

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois